Historique BENTLEY

 
SAGA BENTLEY
Walter Owen Bentley(1888-1900)
Depuis 1913, Bentley réalise des voitures d'exception. Associée au luxe, l'histoire de la marque est également liée à la compétition.
 
  wo-child-1.jpg                    wo-ado-1.jpg              wob-1888-1971.jpg                
                                   Walter Owen Bentley enfant                    Walter Owen Bentley adolescent             Walter Owen Bentley Jeune                      Walter Owen Bentley adulte
 
Historique Bentley
En une dizaine d’années à la tête de sa marque, Walter Owen Bentley a su créer une légende qui, sept décennies plus tard, demeure toujours vivante. 
 
 
Walter Owen Bentley naît en 1888. Très tôt, il se passionne pour tout ce qui a trait aux choses mécaniques. Notamment pour les trains, qui resteront toute sa vie un fort centre d’intérêt.A l’image de Frederick Henry Royce — ironie de l’histoire ! —, il débute dans l’industrie ferroviaire en intégrant à seize ans la compagnie Great Northern Railway — mais contrairement à Royce, Bentley est originaire d’une famille londonienne aisée.

                                                              
              Bentley EXP N°2  Photo© Bentley                                                                                        Bentley Blower 4 1/2 Litre de 1927 Photo© Bentley
  
Après avoir acquis plusieurs motos, sur lesquels il court, Walter Owen Bentley achète sa première voiture, une Riley, suivie d’une française Sizaire et Naudin. Quittant l’univers ferroviaire en 1910, W.O., comme l’appellent ses amis, dirige ensuite un garage avec son frère H.M. Bentley. Ils y importent la marque française DFP (Doriot, Flandrin et Parent), qui construit des petites voitures de sport. W.O. exerce ses talents sur ces machines en les dotant de pistons en aluminium, une première en Grande-Bretagne. Il les engage avec succès dans diverses épreuves.
En 1914, il court le Tourist Trophy dans l’île de Man au volant d’une 2 litres DFP, où il se classe sixième derrière des modèles beaucoup plus puissants. W.O. réalise rapidement l’intérêt publicitaire qu’il peut tirer de la compétition, en même temps que celle-ci constitue le meilleur des bancs d’essai.

       
    W.O. Bentley et la 3 Litre© Bentley                                       La 3 Litre au Mans© Bentley                                                 F. Clement, WO Bentley et J. Duff au Mans en 1924© Bentley 
  
Pendant la Première Guerre mondiale, Bentley travaille chez un constructeur de moteurs d’avion. Il se fait un nom en modifiant les moteurs rotatifs français Clerget, qu’il équipe de pistons en aluminium.
Construites en grand nombre, ces mécaniques, qui portent son nom, BR1 et BR2 (Bentley Rotary), s’illustrent dans le ciel contre les avions allemands.
 
 
Mais W.O. rêve de créer une voiture qui porterait son nom. Après le conflit, il crée sa propre entreprise et s’installe dans un modeste atelier de Londres, dans le quartier de Cricklewood. Bentley Motors est né, nous sommes en 1919. Bentley s’entoure de deux ingénieurs de talent, F.T. Burgess, qui vient de chez Humber, et Harry Varley, un ancien de chez Vauxhall.
Bentley Motors n’a plus que trois ans à vivre en tant que marque indépendante. Elle est mise en liquidation judiciaire en 1931. Pour la sauver, W.O. entreprend une tentative auprès de Napier, le constructeur de moteur d’avions ainsi que de voitures haut de gamme jusqu’en 1925. L’idée est de faire revenir Napier à l’automobile en réalisant une six cylindres conçue par Bentley. L’affaire est fortement engagée (les caractéristiques techniques de la voiture sont définies), quand Rolls-Royce fait une offre supérieure à celle de Napier. Le tribunal de commerce lui attribue l’entreprise. 
De plus, Rolls-Royce s’assure le concours de W.O. juridiquement lié à la firme Bentley. Interdiction lui est faite de travailler pour une autre entreprise jusqu’en 1935. L’homme est fort dépité, car il sait que, contrairement à Napier, Rolls-Royce ne lui permettra pas de faire valoir ses idées.
En novembre 1919, il présente son premier modèle au salon de Londres, à Olympia. Terminée à la hâte, la « 3 Litre » est motorisée par un quatre cylindres à arbre à cames en tête, quatre soupapes par cylindre et carter sec. Rien que ça !                                                                                                        
                                                                                                                     Showroom Bentley dans les années 20© Bentley
   
Dès qu’il le peut, W.O. quitte Bentley. Il part en 1935 chez Lagonda, où il va créer la magnifique V12, qu’il considère comme son chef-d’œuvre. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il participe à la construction d’avions. La paix revenue, il conçoit un nouveau moteur pour Lagonda. Ce six cylindres double arbre se trouvera dans la corbeille de mariage au moment du rachat de Lagonda par David Brown. Il motorisera toutes les Aston Martin jusqu’au lancement de la DB4.  

Le brillant ingénieur, auteur de quelques-unes des plus remarquables automobiles de production et de course de son époque, décédera en 1971. En une dizaine d’années à la tête de sa marque, Walter Owen Bentley avait su créer une légende qui, sept décennies plus tard, reste toujours vivante.
Bentley 8 litres

Bentley et la compétition
Les exploits réalisés au Mans et à Brooklands ont porté Bentley au firmament du sport automobile.

Passionné de sport automobile, Walter Owen Bentley réalise aussi tout l’avantage qu’il peut tirer de la compétition pour promouvoir ses voitures. Il sait également que la course constitue le meilleur des bancs d’essai. La marque va se construire une exceptionnelle réputation grâce à ses victoires retentissantes, en particulier à Brooklands et aux 24 Heures du Mans.
 
 
                                                             
                          Photo © Bentley                                                                                                        Photo © Bentley
En 1921, W.O. Bentley vient de juste de démarrer la construction de ses voitures dans ses nouveaux ateliers de Cricklewood. Sur le circuit de Brooklands, l’un des plus célèbres de Grande-Bretagne, il engage son second prototype, l’EXP2, dans le "Whitsun Junior Sprint". Ce dernier l’emporte, inaugurant une longue série de victoires. L’année suivante, John Duff pilote une 3 litres pendant 24 heures et bat 39 records à la moyenne de 140 km/h.
En 1930, deux Speed Six prennent les deux premières places dans la "Brooklands Double Twelve", une course de 24 heures disputée en deux manches de 12 heures. Et en 1932, Tim Birkin porte le record du grand circuit à 222 km/h dans sa célèbre "Blower" suralimentée.
 
     
                                          Barnato à Brooklands en 1930© Bentley                                             Tim Birkin et Barnato à Brooklands en 1930© Bentley
Aux 24 Heures du Mans, Bentley triomphera à cinq reprises, une première fois en 1924 avec la 3 litres, puis quatre fois successivement en 1927 (3 litres), 1928 (4,5 litres), 1929 et 1930 (Speed Six). 
Les trois derniers succès sont à mettre au crédit de Woolf Barnato. Sur le circuit de la Sarthe, les Speed Six atteignent plus de 160 km/h dans la ligne droite des Hunaudières, malgré leur gabarit et leur poids.
 
       
    Le Mans, 1929© Bentley                                                                         Photo © Bentley
L’aventure mancelle commence en 1923, quand John Duff, sur une 3 litres non officielle, participe à la première édition de l’épreuve. La Bentley, qui est la seule machine étrangère en piste, réalise la quatrième meilleure performance. L’année suivante, Duff s’adjuge la première des cinq victoires Bentley. 1925 voit le premier engagement officiel d’une 3 litres, à laquelle s’ajoute celle de John Duff. Mais les deux voitures ne termineront pas, tout comme les quatre voitures alignées en 1926. 
1921-bentley-old-mother-gun.jpg
La Bentley 4½ Litre "Old Mother Gun".
  
Bentley engage trois machines en 1927, deux trois litres et la nouvelle 4½ Litre connue sous le sobriquet de "Old Mother Gun". Elles sortiront toutes de la route, mais la 3 litres "Old Number Seven" pilotée par Dudley Benjafield, hâtivement réparée, gagnera avec plus de 300 kilomètres d’avance sur une petite Salmson. "Old Mother Gun" s’impose l’année suivante, avant le triomphe de 1929, point culminant de l’aventure sportive de la marque, qui réussit à placer quatre de ses cinq voitures aux quatre premières places ! En 1930, deux Speed Six terminent aux première et deuxième places devant deux Talbot de 2,3 litres. 

                                                        
                   © Bentley
   
L’épopée Bentley n’aurait sans doute pas été ce qu’elle fut sans le concours d’une bande de jeunes passionnés, les "Bentley Boys". Dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale, ces riches playboys issus de la bonne société étanchent leur soif d’aventure et leur besoin d’adrénaline dans le sport automobile.  1920-bentleys-boys.jpg
les "Bentley Boys".
 
Intrépides et souvent téméraires, ces fous de vitesse s’accordent parfaitement au caractère impétueux des grosses et vertes Bentley de Cricklewood. Woolf "Babe" Barnato et Henry "Tim" Birkin sont les plus célèbres d’entre eux. 

                                                          
                        Tim Birkin au Mans en 1930© Bentley                                                                                 Photo © Bentley
Barnato a largement contribué à la légende Bentley écrite aux 24 Heures du Mans. Sur trois engagements successifs, il a remporté l’épreuve à chaque fois. Un exploit resté inédit. W.O. Bentley le considérait comme le meilleur pilote qu’il eut jamais rencontré. Un autre exploit l’a rendu célèbre, quand, en 1930, il rallia Cannes à Londres plus vite que le Train Bleu au volant d’une Speed Six. 
1922-bentley-speed-six.jpg
1922 Bentley spécial speed six.
  
Recherchant toujours plus de puissance et de vitesse, Henry "Tim" Birkin eut l’idée de monter des compresseurs Amherst Villiers sur les moteurs de 4,5 litres. Une initiative vivement désapprouvée par W.O. Bentley, qui la condamnait comme contraire à tous ses principes. Birkin persuada néanmoins Barnato de courir les 24 Heures du Mans avec la "Blower". Comme prédit par W.O., la voiture fut victime de sa fragilité et aucune "Blower" ne s’imposa jamais au Mans. Birkin réussit tout de même à prendre la deuxième place au Grand Prix de France 1930. 

        
       Photo © Bentley                                                                   Photo © Bentley                                                                   Photo © Bentley
 
                                                                                                                                                  
                                                                                   Tim Birkin© Bentley
La première Bentley apparaît au salon de Londres de 1919. Motorisée par un quatre cylindres à la technologie de pointe, arbre à cames en tête, seize soupapes et double allumage, la « 3 Litre » développe 80 ch. Elle jette les bases de ce que seront les Bentley jusqu’en 1931. En raison de la pénurie de matériaux due au boom mondial de la construction automobile, elle ne sera produite qu’à partir de 1921 — en deux versions, Standard et Speed. Rapide, endurante et bien construite, elle s’avérera, en course, une rivale dangereuse des voitures venues du continent et elle collectionnera les succès.
Après des débuts modestes, Bentley va rapidement monter en puissance pendant les années 20. Fabriquées avec rigueur et avec les meilleurs matériaux, les voitures de la marque s’avèrent très chères. Elles séduisent les gentlemen drivers fortunés, mais aussi une clientèle de non sportifs pour lesquels elles existent en torpédos Vanden Plas, limousines et coupés.
                      cricklewood-factory-bentley.jpg      l-usine-bentley-de-cricklewood-dans-les-annees-20.jpg
                   1920 Usine Bentley de Cricklewood ©Bentley                                                                1920 Usine Bentley de Cricklewood ©Bentley   
                   
En 1926, apparaît la première six cylindres (24 soupapes), la « 6 ½ Litre », dont la version sportive (150 ch), la Speed Six, se couvrira de gloire sur les circuits. Au fil des années, Bentley propose des voitures de plus en plus puissantes. En 1927 la « 4 ½ Litre », archétype de la voiture performante et robuste, remplace la 3 litres vieillissante. Extrapolé du six cylindres de la « 6 ½ Litre », son quatre cylindres seize soupapes et double allumage (105 ch) lui vaudra une brillante carrière sportive. L’année suivante, elle est épaulée par une version à compresseur, dite « Blower », rapide mais plus fragile. 
  
  La Bentley Blower © Bentley
  
La marque se construit une exceptionnelle réputation grâce à ses victoires retentissantes en compétition, notamment à Brooklands et aux 24 Heures du Mans. Dans la Sarthe,
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.